Compostage

Le compostage individuel des déchets organiques est le meilleur moyen de gérer ses déchets.
Il reproduit le cycle naturel de la matière. Cette transformation en humus est un processus biologique, en présence d'air, dû à l'action conjointe d'êtres vivants du sol : bactéries, champignons, insectes, ...

Le compost obtenu restitue au sol la matière organique et les éléments nutritifs nécessaires à la croissance des plantes.

Le compost permet de valoriser vos déchets tout en créant un engrais
  •  Le compost est un amendement humifère qui donne du corps aux terres légères et allège les terres lourdes. C’est la base de la fertilité. C’est aussi un excellent engrais organique, riche et équilibré, suffisant pour la plupart des plantes de jardins.

    Pour des cultures semi-intensives (potager, verger, rosier), il peut être utile d’y ajouter des engrais complémentaires.

    Cette méthode permet de réduire fortement les apports d’engrais avec une efficacité supérieure.

  • composte en tas



    ► le compostage en tas sur un petit carré de terrain. Les déchets y sont stockés et mélangés au fur et à mesure sans être trop tassés.

     

    ► le composteur placé sur un terrain plat à même le sol afin de faciliter la remontée des vers de terre, des insectes et des micro-organismes.

  •  ► Les déchets de cuisine

    Tous les restes de repas sont intéressants pour le compost.
    Évitez toutefois les os et les coquilles de mollusques qui ne se décomposent pas s’ils ne sont pas broyés.
    Les coquilles de moules méritent d’être conservées pour le jardin car, une fois dans le jardin, elles se désagrègent facilement et restituent alors leurs composants minéraux, dont le calcium.
    Les déchets carnés et le gras peuvent être mis au compost, mais jamais en grosse quantité (risque d’odeur).
    Les épluchures d’agrumes doivent être coupées en morceau puis bien mélangées au compost pour se décomposer rapidement.

    Les déchets de jardins

    • Les résidus de désherbage :
    il faut juste que les mauvaises herbes ne soient pas à graines. Les racines coriaces de chiendent, de liseron, de pissenlit ou autres indésirables peuvent être compostées à condition de les détruire auparavant par une exposition de quelques jours en plein soleil. C’est d’ailleurs excellent car elles sont particulièrement riches en éléments nutritifs.

    • Les tailles de jardin :
    Pratiquement toutes les tailles de haies, en particulier les arbustes champêtres et décoratifs, les rosiers, peuvent être transformées en compost. Il faut seulement les broyer de manière à réduire leur encombrement et faciliter leur dégradation par les micro-organismes.
    En ce qui concerne les feuilles de thuyas, riches en résines et en substances aromatiques, elles sont très
    difficiles à décomposer. Elles risquent d’inhiber la germination et la croissance des plantes.
    En revanche, elles forment un excellent paillis pour les arbustes et les arbres en place depuis plusieurs années où leur effet antigerminatif sera valorisé.

    • La tonte à gazon :
    A défaut de broyeur, elle fera très bien l’affaire. Il suffit de couper les parties les plus dures et d’étaler les branches sur la pelouse avant de passer lentement la tondeuse. Le broyat sera ainsi mélangé à l’herbe et la décomposition en sera encore plus rapide.

    • Les autres déchets : 
    Sciure et copeaux de bois 
    Ils peuvent être intégrés au compost à deux conditions :
        ils doivent provenir de bois bruts non traités, pas d’agglomérés ni de contreplaqués.
        il est nécessaire d'ajouter en même temps de l’azote, de manière à faciliter leur dégradation par les bactéries : tontes de gazon, purin d’orties, engrais azoté.

    • La litière pour chat dans le compost :
    Ces litières sont constituées d’une sorte d’argile naturelle absorbante. Si les animaux sont en bonne santé et régulièrement vermifugés, vous pouvez introduire leur litière dans le composteur sans risque de contamination ultérieure. 


  • Introduisez les déchets organiques après les avoir fragmentés en petits morceaux, par couches successives peu épaisses (20cm maximum).Retrait de compost

    Mouillez les déchets très sec
    s : feuilles mortes, paille… et mélangez-les avec des matériaux riches en eau tels que les épluchures, tontes…. Faites sécher un jour ou deux les tontes de gazon avant de les introduire dans le composteur. Il est judicieux de les mélanger avec les feuilles mortes de l’automne (30% d’herbe fraîche au maximum).

    Alternez sans cesse des matériaux secs et mouillés, jaunes et verts, fins et grossiers.

    Mélangez régulièrement chaque nouvel apport avec le compost naissant. En composteur comme en tas, ce brassage est indispensable. Il permet de mélanger les apports complémentaires, d’aérer le compost, d'activer sa décomposition par les bactéries et d'enrober le nouvel apport, des micro-organismes présents en dessous.

    Fermez le composteur avec son couvercle. Celui-ci permet de conserver la chaleur (45°C) favorable à la biodégradation. Il limite l’évaporation et inversement, les excès d’eau de pluie.